influence-des-herbes-et-epices-sur-la-testosterone-utilisation-des-phytotherapies-naturels

Et si certains aliments présents dans votre alimentation quotidienne avaient la faculté d’influencer vos niveaux de testostérone et d’estrogène ?
Est-ce-que des aliments aux propriétés similaires à la testostérone peuvent eux aussi avoir une influence sur votre entraînement ?

Utilisation des phytothérapies naturels et herbes 

On estime que 80% de la population mondiale utilise régulièrement des produits de phytothérapie naturels (aliments, plantes, herbes…) comme source majeure d’automédication.

Au fil des ans certains aliments et certaines herbes ont été reconnus pou leur usage dans le traitement de problèmes de santé liés à l’hormone sexuelle qu’est la testostérone.
Pour certains cela prendra la forme de la ménopause, pour d’autre il s’agira de problèmes de libido, mais peu importe.

Il se trouve que nombre de ces ingrédients de phytothérapie ne sont pas décelés par les méthodes de test conventionnelles.
Heureusement les scientifiques ont développé des méthodes qui permettent d’identifier les contenus œstrogéniques ainsi que l’activité progestogénique des aliments, herbes et autres agents de type similaire.

Influence des herbes et épices sur la testostérone : ce qu’en dit la science

Influence-des-herbes-et-epices-sur-la-testosterone

Et les effets de ces “hormones femelles” pourraient se révéler plus importants que l’effet direct des aliments, herbes et autres épices sur les taux de testostérone.
En effet, l’altération du ratio testostérone/œstrogène peut avoir une influence très importante sur l’anabolisme d’un homme.
Une recherche récente a examiné les effets de 150 aliments, herbes et épices sur les récepteur à l’œstrogène (ER) ainsi que sur les propriétés à lier la progestérone.
En plus de cela ces aliments ont été examiné pour leurs effets sur le phosphatase d’alkaline (un groupe d’isoenzymes impliqués dans la production de phosphate afin de fournir de l’énergie au corps, comme dans le mécanisme de l’ATP par exemple) ainsi que leurs effets sur la régulation de l’œstrogène.

Les herbes testées pour leurs capacités à lier la progestérone ont également été testées pour leur capacité à stimuler la prolifération des cellules dans les cellules cancérigènes dans les cas de cancer.

Cependant il est important de savoir que ça n’est pas parce que certains aliments, herbes ou épices ont une capacité à lier les récepteurs à l’œstrogène qu’ils vont inhiber la formation d’estrogène ou agir comme un inhibiteur d’aromatase naturel. En fait c’est plutôt l’opposé qui s’avère vrai.
L’étude montre que certains aliments ont une activité de type œstrogénique à des doses physiologiques très basses. C’est la cas du lait de soja ou du curcuma notamment, dont il faudra limiter la consommation.

Si vous avez des antécédents familiaux de cancer, et plus spécialement des cancer positifs aux récepteurs à l’œstrogène, il est conseiller de porter une attention toute particulière à votre alimentation ainsi qu’aux suppléments de nutrition sportive que vous choisissez.

Ainsi le trèfle blanc et rouge, le yucca, la réglisse ou encore le gui sont plus œstrogénique que l’œstradiol. Pour les hommes qui souhaitent booster leur niveau de testostérone ou tout au moins garder un niveau élevé de cette hormone, mieux vaut éviter ces herbes et condiments.

Consommation des herbes / épices et taux de testostérone dans le sang chez les adeptes de musculation

phytotherapies-naturels-et-musculation

Typiquement les personnes qui cherchent à gagner en musculature grâce à la musculation et au bodybuilding essayent également d’avoir un régime alimentaire sain et approprié à leurs objectifs, mais aussi à fournir à leur organisme suffisamment de repos et à prendre les suppléments adéquats.

La plupart d’entre nous incluent dans leur régime un bon complément de protéine, un multi vitamine, de la créatine et parfois certains autres compléments ayant pour objectif de booster leur niveau de testostérone.
Il est courant de chercher à booster la testostérone en stimulant l’hormone LH qui, entre autre, donne le signal aux testicules de produire plus de testostérone.

Un des effets de l’hormone femelle progestérone cependant, est d’inhiber la libération de LH et ainsi de réduire les taux de LH en circulation dans le sang.
Ainsi tandis que la progestérone n’est pas produite chez l’homme, certains aliments, herbes et épices ont bel et bien une action de type progestérone sur l’organisme.
La consommation de ces aliments pourrait donc avoir, si ils sont consommés dans des quantités importantes, une activité de réduction des taux de testostérone dans le sang.

Parmi ces ingrédients notons l’origan, la damiana, la muscade, le curcuma, le thym, la réglisse, le cumin, le fenouil et la camomille.

Pour résumer l’influence des herbes et épices sur la testostérone 

Malheureusement il n’existe pas beaucoup d’études correctement menés portant sur les effets potentiellement positifs des herbes et épices sur les taux de testostérone dans l’organisme.
A ce jour des résultats mitigés ont été mis à jour en ce qui concerne le tribulus terrestris et l’avena sativa, qui pourraient tout deux avoir des effets sur les taux de testostérone des hommes jeunes.

Certaines autres études montrent que l’avena sativa pourrait augmenter les taux de testostérone libre chez les hommes plus âgés.

Étant donné que les herbes et épices gagnent en popularité, tant pour ce qui est de l’alimentation que du soin, il s’avère de plus en plus important, si on souhaite favoriser notre prise de muscle, de faire des choix éclairés dans ce domaine.

Même si nombreux sont les athlètes qui utilisent peu ces ingrédients, il est toujours important d’être informé pour ne pas faire d’imper !